Eglise protestante évangélique de La Louvière - EPE La Louvière

Aller au contenu


Que peu-t-on faire contre le découragement ? La dépression ?


En général, nous attribuons notre découragement à une source extérieure à nous même. Une perte d’emploi, une déception amoureuse, un échec, une résistance, les raisons pour être déprimé sont très nombreuses et je pense que chacun d’entre nous a fait cette expérience au moins une fois dans sa vie.

Dans la Bible nous voyons des personnages illustres qui passent par des temps difficiles ! Elie va mal car il est persécuté, Moïse doit faire face à un peuple incrédule et réducteur, Jonas ne comprend pas les plans de Dieu, Job se sent très seul… Jésus lui-même est saisi d’angoisse au point où du sang passe à travers sa peau.

Lisons les premiers versets du psaume 42 : « Comme une biche soupire après des courants d’eau, ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu ! Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant. Quand irai-je et paraîtrai-je devant la face de Dieu ? Mes larmes sont ma nourriture jour et nuit, pendant qu’on me dit sans cesse : Où est ton Dieu ? ».
L’auteur est profondément marqué de cette tristesse qui peut aussi nous envahir.
La suite des versets nous donne la réponse pour sortir du fond de notre dépression : « Je me rappelle avec émotion l’époque où je marchais entouré de la foule, où j’avançais à sa tête vers la maison de Dieu, au milieu des cris de joie et de reconnaissance d’une multitude en fête.

Pourquoi être abattue, mon âme, et gémir en moi ? Espère en Dieu, car je le louerai encore ! Il est mon salut et mon Dieu.
Mon âme est abattue en moi ; aussi, c’est à toi que je pense depuis le pays du Jourdain, depuis l’Hermon, depuis le mont Mitsear.

L’abîme appelle un autre abîme au fracas de tes cascades, toutes tes vagues et tous tes flots passent sur moi.
Le jour, l’Éternel m’accordait sa grâce ; la nuit, je chantais ses louanges, j’adressais ma prière au Dieu de ma vie.

Je dis à Dieu, mon rocher : « Pourquoi m’as-tu oublié ? Pourquoi dois-je marcher dans la tristesse, sous l’oppression de l’ennemi ? »
Mes os se brisent quand mes persécuteurs m’insultent et me disent sans cesse : « Où est ton Dieu ? »
Pourquoi être abattue, mon âme, et pourquoi gémir en moi ? Espère en Dieu, car je le louerai encore ! Il est mon salut et mon Dieu. »



La réponse n’est pas magique, elle peut demander du temps et faire appel à la médecine, mais le début de la sortie de crise c’est de se tourner vers Dieu, d’interroger Dieu, de parler à Dieu pour nous rappeler qu’en toutes circonstances Dieu reste souverain et ses grâces reposent sur moi quand même je suis épuisé et aveuglé. La dépression n’est pas un péché.
Si vous êtes en pleine forme… priez pour ceux qui n’en n’ont plus la force !


Pasteur Joël Athia
  
Bulletin Mensuel Septembre-Octobre
Retourner au contenu