Texte du mois - EPE La Louvière

Aller au contenu

Et si tous les problèmes de ce monde, mes problèmes avaient pour origine
un manque d’amour !



Pasteur Joël Athia
Après qu'ils eurent mangé, Jésus dit à Simon Pierre : Simon, fils de Jonas, m'aimes-tu plus que ne m'aiment ceux-ci ? Il lui répondit : Oui, Seigneur, tu sais que je t'aime. Jésus lui dit : Pais mes agneaux. Il lui dit une seconde fois : Simon, fils de Jonas, m'aimes-tu ? Pierre lui répondit : Oui, Seigneur, tu sais que je t'aime. Jésus lui dit : Pais mes brebis. Il lui dit pour la troisième fois : Simon, fils de Jonas, m'aimes-tu ? Pierre fut attristé de ce qu'il lui avait dit pour la troisième fois : M'aimes-tu ? Et il lui répondit : Seigneur, tu sais toutes choses, tu sais que je t'aime. Jésus lui dit : Pais mes brebis. Jean 21 v15-17

Dans des temps difficiles que nous vivons, une question pourrait nous être posée,
et peut-être nous la posons-nous nous-même ?

Est-ce que Dieu m’aime vraiment ?
Est-ce que Dieu aime vraiment ce monde pour le laisser dans l’état où il est ?

Jésus interroge trois fois Pierre, l’apôtre qui l’a renié trois fois !
Par deux fois le Christ fait sa demande avec le verbe fort « Agapeo » qui réclame un amour total.
Pierre répond à deux reprises prudemment avec le verbe « Phileo », qui tient plus de l’amour amitié. Le verbe est faible comparé à celui utilisé par le Christ. Pierre a conscience de ses limites…
Dans sa troisième interrogation Jésus utilise le verbe faible de Pierre, comme pour le rassurer.

Histoire banale de quelqu’un qui veut savoir jusqu’où il peut compter sur ses hommes ? Non !

Non, car Jésus finit chaque fois avec la phrase « Pais mes brebis », celle-ci souligne son caractère de Berger, celui qui aime plus son troupeau que son troupeau ne l’aime.
C’est une déclaration d’engagement, de confiance, Jésus transmet la charge de son cœur (amour agapeo) à Pierre, à chacun de nous. Il nous rappelle l’engagement total et permanent de Dieu envers les hommes !
Dans l’Évangile de Jean nous lisons « Que Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en Lui ne meurt point mais qu’il ait la vie éternelle. » C’est le verbe « Agapeo ».
Dans l’épître aux Éphésiens, on nous indique le modèle de l’amour dans un couple, c’est encore le même verbe qui est utilisé pour apprendre à se donner, comme Jésus se donne pour l’Église.
Enfin dans tous les Évangiles nous connaissons ce verbe dans les phrases « Aimez-vous les uns les autres, aimez votre prochain comme vous-même, aimez Dieu de tout votre être… », c’est encore ce modèle d’amour qui est mis à l’honneur.

Est-ce que Dieu m’aime ? Est-ce qu’Il aime ce monde ?
Sans nul doute et c’est pour ça que Jésus s’est donné à la croix,
pour nous donner l’espérance, la vie, de l’avenir, de l’amour.
J’affirme que Le Bon Berger s’occupe de nous aujourd’hui, il paît son troupeau….
La question devient alors : Les problèmes, nos problèmes ne viennent-ils pas
de la nature de ma relation avec Dieu ? Est-ce que je l’aime ? jusqu’à quel point ?
Mettons tout en œuvre pour répondre Agapeo plutôt que Phileo
et nous passerons les épreuves avec plus de sérénité
en nous aimant vraiment les uns les autres.

Retourner au contenu